Le portail au service des parents

Les archives de la catégorie "histoires"

 


Il était une fois un tigre qui s’appelait Rayure.

C’est un tigre très coquin et très têtu. Têtu ça veut dire que dès qu’on lui propose quelque chose, il répond non , je veux pas ! et quand il a décidé quelque chose, il ne veut jamais changer d’avis, même s’il se rend compte qu’il a tord ;

Et ce tigre il ne voulait manger que du steak. Le steak, c’est un morceau de viande bien moelleux, très bon, très rouge.

Régulièrement, la maman de Rayure va au magasin, elle achète du steak, le fait cuire à la maison, et Rayure mange son steak. Le matin, Rayure mange du steak, le midi, Rayure mange du steak, au goûter, Rayure mange du steak, le soir, Rayure mange du steak. Quand c’était son anniversaire, sa maman prépare un gâteau au steak, avec des bougies dessus, quand il va en pic nic, sa maman prépare des sandwichs au steak, et en été sa maman fait des glaces au steak. Rayure ne mange que du steak. Un jour sa maman se dit qu’il est temps que Rayure goûte autre chose, car il devient grand... Elle voudrait bien lui donner du poulet ! elle le cuisine et le donne à Rayure.

- Beurk, je ne veux pas manger ça maman, je veux manger du steak ! dit Rayure en voyant le morceau de poulet.

- Mais pourquoi tu n’essaie pas, lui dit sa maman, c’est bon le poulet. Le steak et le poulet ce n’est pas pareil, ça n’a pas le même goût. C’est bien si tu essaie un petit peu, il faut diversifier ce que tu manges.

- Non, non, non, je ne veux pas

 

 

 (http://www.kob-one.com)

 

Sa maman se dit que ce n’est pas grave, qu’elle essaiera une prochaine fois, et elle lui donne du steak.

Le jour suivant, au moment du souper, sa maman lui dit

- Regarde, voilà du poisson

Et Rayure répond

- Non, non, non, je ne veux pas de poisson, je veux du steak.

- Mais écoute Rayure, tu devrais goûter un peu de poisson ! Regarde, il est tout luisant, tout rose, tout tendre. Tu devrais goûter un petit peu !

- Non, dit Rayure, je ne veux pas. Et Rayure commence à bouder.

Et sa maman lui dit

- Oh, toi je crois que tu es un petit coquin. Tu pourrais au moins faire un effort et goûter un petit peu.

- Non, non, non, répond le petit Rayure, moi je ne veux pas.

 

La maman de Rayure est un peu énervée et embêtée que son petit tigre ne veuille pas goûter un peu de poulet ou un peu de poisson, parce que c’est quand même bien quand on goûte autre chose. Et elle se dit que le lendemain, elle essayera à nouveau.

Le lendemain la maman du petit tigre va au magasin pour acheter de la viande. Elle s’approche du rayon boucherie, et là, stupeur, stupéfaction, surprise, saperlipopette, il n’y a plus de steak dans le rayon.

- Ah ! qu’est-ce que je vais faire ? se demande la maman. Oh, je sais, je vais acheter…du jambon.

Et la maman achète du jambon. Elle rentre à la maison avec son jambon, elle met la table avec le papa, et elle dit à Rayure

- Voilà mon petit Rayure, ce soir nous mangeons du jambon.

- J’en veux pas, dit le petit tigre

- Tu pourrais goûter !

- Non, j’ai dit j’en veux pas, j’en veux pas, j’en veux pas

- Rayure, tu goûtes !

- Non, j’ai dit j’en veux pas, j’en veux pas, j’en veux pas

- Rayure, il n’y a rien d’autre à manger

Non, j’ai dit j’en veux pas, j’en veux pas, j’en veux pas

Rayure, si tu ne manges pas tu vas au coin

Et Rayure se retrouve au coin. Et là, son ventre commence à faire Crouic crouic crouic parce que Rayure a faim ! mais il continue à dire:

- Non non non, je ne veux pas manger de jambon parce que Rayure est têtu !

Alors du coup, ce soir là, Rayure ne mange pas et il va se coucher le ventre vide. Rayure se couche et toute la nuit il entend son ventre qui fait Crouic crouic crouic.

 

Et Rayure pleurniche

- J’ai faim ! j’ai faim ! Maman, je voudrais du steak

- Non, répond la maman, ce n’est plus l’heure de manger, et de toute façon, il fallait manger ton jambon

- Mais maman j’ai très très faim

- Tant pis pour toi Rayure, c’est comme ça, allez, dors

Et le petit Rayure s’endort

Et pendant la nuit, il fait des rêves merveilleux. Il rêve de jambon, de steak, de poulet, de saucisse, de banane, de salade, de yaourt, de plein de bonnes choses à manger, de pain, de pomme, de pastèque, hummm, il en a l’eau à la bouche.

 

Et le lendemain matin quand il se réveille il s’exclame

- Maman, j’ai une faim de loup, je veux manger du pain, des pommes, de la pastèque, du jambon, du saucisson, des saucisses, des radis, des navets…maman, maman, je veux tout goûter!

Et la maman est ravie et fière que Rayure goûte plein de choses et Rayure découvre plein de saveurs différentes. Et il se régale.

 

Depuis ce jour là, Rayure ne fait plus de caprices quand il faut manger. Il mange de tout car il se rend compte qu’il y a beaucoup de choses très bonnes, et si un jour il y a quelque chose de nouveau , il goûte, un petit peu...Parfois le goût est sucré, parfois doux, parfois piquant, parfois même c’est bizarre. Mais le plus souvent, ce qu’il mange est très bon et Rayure se lèche les babines et se régale !

 

Et un jour, Rayure se dit

- Quand je serai grand, je serai cuisinier, comme Ratatouille, et je vais mélanger les saveurs. Car on peut manger plein de choses qui sont toutes très bonnes et toutes différentes. Il n’y a pas que le steak dans la vie!


 

Mots clés :  manger

 

 

Couleur la chenille

 

Il était une fois une chenille qui s’appelait Couleur. C’était une chenille toute blanche !

 

-Mais pourquoi es-tu toute blanche ? Où as-tu mis tes couleurs ? lui demandaient ses amis.

-Je ne sais pas, répondait Couleur, je les ai perdues. Et la petite chenille se mettait à pleurer, de grosses larmes coulaient sur ses joues. Pauvre petite chenille ! Ses amis lui demandaient :

-Où les as-tu mises tes couleurs ? Pourquoi tu ne les as-tu plus ? On te les a volées ?

-Non, pleurait Couleur.

-Et alors, où sont-elles ?

-Je les ai enlevées hier soir avant d’aller me coucher et je ne les ai pas retrouvées. OUINNNNN, et la petite Chenille se remettait à pleurer.

-Écoute, Chenille, répondirent ses amis, est-ce que tu les as rangées, tes couleurs, hier soir, avant d’aller te coucher ?

-Non, rétorqua Couleur.

-Eh bien voilà, c’est pour ça ! Si tu ne ranges pas tes affaires, forcément, tu ne les retrouves pas ! Allez petite Couleur, viens avec nous, nous allons chercher tes couleurs.

 

Alors les amis de Couleur vont voir chez elle. La chenille habite une belle maison, assez grande, avec plusieurs pièces. Couleur et ses amis vont d’abord dans la cuisine. Les couelurs sont des coquines, et elles adorent se cacher. Ils regardent dans le frigo. Pas de couleur...Ils regardent dans le four.

-Ouh, ouh, y-a-t-il une couleur ici ?

-Coucou, je suis là ! Et on voit arriver le Bleu.

-Allez le Bleu, retourne sur Couleur...

Et le bleu retourne sur le dos de la chenille. Couleur se retrouve donc avec une belle couleur bleue.

-Ouinnnn, je n’ai pas toutes mes couleurs, pleurniche la chenille.

-Eh bien ce n’est pas grave, nous allons les chercher !

 

 

 

La petite chenille et ses amis vont dans la chambre.

-Ouh ouh, les couleurs, où êtes-vous passées ?

-Je suis ici, je suis là, dit une petite voix. Et ils voient arriver la petite couleur jaune. Et le Jaune retourne sur le dos de Couleur. Hopla !

-Super, dit la petite chenille, je retrouve mes couleurs peu à peu... Je suis très contente !

Et la chenille Couleur et ses amis continuent la recherche des couleurs dans la maison de Couleur. Ils vont voir dans la salle de bains.

-Ouh ouh, couleurs...Ouh ouh, couleurs, où êtes-vous cachées ?

 

Pas un bruit...Ils regardent dans la baignoire, ils regardent dans le lavabo, rien... Peut-être qu’il n’y a pas de couleurs ici. Ils sortent de la salle de bains et vont voir dans la salle à manger.

-Ouh ouh, couleurs...Ouh ouh, couleurs, où êtes-vous cachées ?

Et tout à coup, arrive le Rose, qui était caché sous la table. Et le Rose se jette sur Couleur. Et voilà notre petite chenille qui se retrouve toute bleue, toute jaune, toute rose.

-Bouhhh, se remet à pleurer Couleur...J’ai perdu le vert, je n’ai pas mon vert...

-Écoute Couleur, c’est de ta faute, tu devrais ranger tes affaires, tu les retrouverai plus facilement ! Où as-tu rangé le vert. Où est cette couleur ?

-Je ne sais pas, gémit la chenille, je ne me souviens plus.

-Est-ce qu’elle est dans la cuisine ? Non, nous avons déjà regardé, on a déjà trouvé le bleu. Est-ce qu’elle est dans la salle de bains ? Non, nous avons déjà regardé, il n’y avait rien. Est-ce qu’elle est dans la chambre ? Non, nous avons déjà regardé, on a déjà trouvé le jaune.Est-ce qu’elle est dans la salle à manger ? Non, nous avons déjà regardé, on a déjà trouvé le rose. Dans quelle pièce n’avons nous pas cherché ? demandent les amis de la chenille.

-Peut être n’avons nous pas assez cherché dans la chambre, chuchote la chenille.

-Ouh ouh, le vert...Ouh ouh, le vert, où es-tu caché ? Et à ce moment là arrive le vert, qui était caché sous la couette !

 

Et la petite chenille se met à rire et à chanter :

-J’ai retrouvé mes couleurs, le bleu, le jaune, le rose et le vert, j’ai toutes mes couleurs, merci mes amis !

-De rien, répondent les amis... mais n’oublie pas, Couleur, si tu veux retrouver tes couleurs, il faut les ranger ! Tu peux toutes les mettre sous ton lit par exemple. E c’est pareil pour tes jouets, tu les mets dans le coffre à jouets, comme ça tu les retrouveras toujours. Et tes chaussettes, tu les mets dans le tiroir à chaussettes. Et tes chaussures tu les mets dans l’armoire à chaussures. Comme ça tu retrouveras tes affaires quand tu les chercheras. Est-ce que tu as compris petite chenille ?

-Oui ! dit la chenille, en faisant un gros câlin à tous ses amis pour les remercier de l’avoir aidée à retrouver ses couleurs.

 

Et depuis ce jour là, la petite chenille fait bien attention à ranger ses affaires, et elle ne perd plus jamais ses couleurs !

 

 

Mots clés :  rangement

 

Mes histoires sont improvisées le soir. Mes enfants me donnent le héros, son prénom, puis c’est à moi de jouer !

 

L’histoire de l’ours qui mangeait des loups

 

Il était une fois un ours, qui s’appelait Ours et qui mangeait des loups...Les loups avaient donc très peur de lui. C’était un ours blanc, comme un fantôme, qui se promenait sur la banquise. La banquise est un endroit tout blanc, plein de glace, plein de neige. C’est un endroit qui est très froid, tout la-bas, dans le Nord. Sur Terre, il y a des endroits où il y a du désert, des endroits où il y a de la prairie, et des endroits où il y a la banquise.

 

 

 

Donc notre ours blanc se promène sur sa banquise. «Hummm, j’ai faim, je crois que je vais manger un loup» se dit l’ours. Eh oui, c’est un ours qui mangeait des loups. Comme c’est bizarre. Sa maman n’avait jamais bien compris pourquoi il faisait ça. L’ours avance tranquillement sur la banquise et il croise 3 pingouins.

 

Bonjour l’Ours

Bonjours les pingouins

Que cherche-tu l’ours ?

Et bien je cherche un loup répond l’ours

Ah bon, et pourquoi veux tu un loup ?

Et bien, pour le manger !

Et là les pingouins se mettent à rire, à rire, à rire...comme si les ours ça mangeaient les loups !

Où est-ce que tu as vu ça ? demandent les pingouins. Les ours ça mangent des poissons, et non pas des loups

Si, moi je veux manger un loup !

Bon d’accord, tu fais comme tu veux ! tu devrais aller par là bas, lui disent les pingouins, plus près du bord de la mer, il devrait y en avoir...

 

Alors l’ours continue son chemin. Il marche, marche, marche, et tout à coup que voit il ? Un loup. Alors l’ours se met sur ses 2 pattes arrière et se met à grogner GRRRR, un énorme grognement d’ours, et le loup se met à hurler « AOOOU »ce qui veut dire « Au secours les amis, un ours est en train de m’attaquer, venez m’aider, au secours au secours » en langage loup.

 

Alors des loups arrivent.1, 2, 3, 4 autres loups arrivent. Notre ours se retrouve là, tout seul face à 5 loups. Le 1er loup qui était déjà là et les 4 autres loups qui sont arrivés en courant en entendant l’appel de détresse de leur ami.

L’ours s’exclame « Moi je vais manger un loup », et les loups lui répondent « nous sommes 5, tu es tout seul, GRRRRR », et ils montrent leurs dents.

L’ours se met sur ses pattes arrières, sort ses griffes, montre ses dents « GRRRR, je vais vous manger, GRRRRR » Et à ce moment là, à côté de lui, dans la banquise, se forme un trou dans la glace. Et dans ce trou, il y a un petit poisson qui saute. Et les loups disent à l’ours « Mais pourquoi tu ne manges pas de petits poissons regarde ! Ils sont là dans le trou. Tu n’as qu’à te pencher, tu l’attrapes et tu le manges , c’est quand même plus pratique que de devoir courir après les loups. »

Et l’ours balbutie « heu...je ne sais pas moi, j’ai toujours mangé des loups. Je ne sais pas si je vais aimer les poissons !»

Non, répond le loup, les ours ça ne mangent pas des loups ! qu’est ce qu’elle te dit ta maman ?

Ma maman elle me dit aussi que les ours ça ne mangent pas les loups.

Et bien alors ! Pourquoi est ce que tu ne manges pas de poissons ?

Et bien, parce que je ne sais pas attraper ! répond l’ours, tout penaud.

Et bien, on va te montrer, disent en cœur les loups.

 

 

Alors les loups se mettent tous en rond tout autour du trou dans la banquise, et lorsqu’un poisson passe , ils l’attrapent, le donnent à l’ours, et l’ours le mange.

Et l’ours goute son 1er poisson. Il s’arrête, il ouvre grands les yeux et s'exclame " Humm ! Comme c’est bon ! Humm ! Je m’en lèche les babines..."

Et le loup lui demande « tu en veux un autre ?"

Oh oui, s’il te plait dit l’ours, tout timide.

Alors les loups continuent de pêcher des poissons. Mais au bout d’un moment, les loups en ont assez et lui disent " Vas y, maintenant c’est ton tour, à toi de pêcher, essaie."

L’ours se met sur le bord du trou, un petit poisson saute, il essaie de l’attraper, et hop, raté...

Essaie encore lui dit le loup. Ce n’est pas parce que l’on rate une fois que ça ne marche pas. Vas y, essaie encore.

Arrive un autre petit poisson, l’ours tend sa patte, essaie de l’attraper, et hop, le poisson lui échappe. « j’y arrive pas dit le petit ours en se mettant à pleurer.

Mais ce n’est pas grave lui disent les loups, regarde, essaie encore.

Et arrive alors un autre petit poisson. L’ours réfléchit, se concentre bien, et hop, il réussit à l’attraper.

Bravo lui disent les loups, bravo. Et pour l’ours, hip hip hip, hourra ! hip hip hip, hourra ! hip hip hip, hourra ! Athckik a tchik a tchik, aïe aïe aïe .

L’ours a donc compris comment faire pour attraper les petits poissons. Il en attrape 1, 2, 3 et il en mange 1, 2, 3.

Au bout d’un moment il dit : oh la la, je n’ai plus faim ! Avec tout ce que j’ai mangé comme poisson aujourd’hui...

Alors il regarde les loups tout autour de lui et il leur demande :

On peut être ami maintenant ?

Oh oui lui disent les loups, maintenant on a compris que tu savais attraper les poissons et que tu les mangeais...Mais tu arrêtes de nous courir après pour essayer de nous manger, d’accord ? Tu nous le promets ?

Oui, répond l’ours.

Et l’ours s’approche et fait un gros bisou à tous les loups qui sont là autour de lui. Et les loups font OUHHH OUHHH tellement ils sont contents d’avoir un nouvel ami, mais surtout ils sont rassurés de ne plus risquer leur vie tous les jours quand ils se promènent sur la banquise. L’ours est aussi bien content, parce que les petits poissons c’est bien plus facile à attraper et à manger que les loups !

 

 

 

 

Mots clés :  histoire pour enfant, perseverance

 

 J'ai inventé cette histoire après que Sacha ait essayé d'allumer une bougie tout seul avec une boite d'allumettes...

 

 

(image de http://www.minimondes.com)

 

L'histoire de Fumée le dragon

 

 

Il était une fois un petit dragon qui s'appelait Fumée. C’était un dragon bleu, bleu comme la fumée, bleu avec des reflets argentés, argentés comme la mer.

Fumée était un dragon tout petit, il était tout petit mais c’était un coquin de dragon !

 

Le grand plaisir de Fumée était de tout brûler. Il aimait aller dans la foret, et là, il crachait du feu, GRRRRRRRRR, et il brûlait les arbres... Les arbres s’enflammaient, faisaient de longues flammes qui montaient dans le ciel, et Fumée adorait ça. Admirer les flammes dans le ciel, les voir s’élever, s’envoler entre les arbres...

 

Et ce qu’il préférait, c’était faire du feu la nuit. La nuit il y avait le ciel, tout noir, et il y avait les étoiles… L’étoile du berger, il la voyait souvent, c’était son étoile favorite. Elle est si brillante, si facile à voir…et il voyait aussi la Lune...Parfois toute ronde, parfois juste un croisant.

 

Fumée s’approchait des arbres, GRRRRRRR… Il lançait une flamme et la flamme s’élevait dans le ciel, et l’arbre brulait. Et Fumée voyait la lumière dans le ciel et se disait «comme c’est beau !».

Ensuite, sans faire de bruit, Fumée rentrait chez lui, se mettait dans son lit et ne disait rien à sa maman.

 

Le lendemain matin, la maman de Fumée sort de chez elle et s’exclame

- Oh non, la forêt a encore brulé ! Fumée, est ce que c’est toi qui a fait ça ?

- Bah, oui maman, mais je trouvais ça tellement joli le feu dans la nuit...

- C'est mal Fumée, c’est dangereux.

- Pardon, maman, répondit Fumée d’une toute petite voix

- Tu sais Fumée, avec le feu tu peux te faire très très mal.

- Mais j’ai fait attention maman !

- Non Fumée, je suis très en colère. Tu arrêtes ça tout de suite.

 

Mais Fumée oublie vite ses promesses et les gros yeux de sa maman…Et dès le lendemain, Fumée recommence. Il ne peut pas s’en empêcher, il trouve ça tellement joli les flammes ! Et cette fois-ci il ne va pas dans une forêt mais dans une maison.

 

Il s’approche d’une maison, et il se dit "Chouette! je vais souffler une belle flamme dans cette maison. Et je vais voir ce que ça va faire.

 

Alors Fumée s’approche et se met à côté d’une table, une jolie table en bois. Il prend une grande respiration et GRRRRRR. Il lance une grande flamme sur la table en bois. Et là que se passe-t-il ? La table brule, et le feu se propage, les chaises brulent. Et le feu se propage, les rideaux brulent, les murs brulent. Ahhhhhhhhhhhh ! Toute la maison se met à bruler. Et Fumée est coincé à l’intérieur. Et les flammes se rapprochent de Fumée, et Fumée appelle : "Maman! Papa! venez m’aider je suis dans la maison, tout brule, au secours, aidez moi !"

 

Et le feu commence à s'approcher du petit dragon Fumée, à se rapprocher, toujours plus, et finalement une flamme lui brûle l’aile. "Aïe !"

 

Et Fumée se met à pleurer. Heureusement, à ce moment là, son Papa et sa Maman arrivent avec les pompiers. Pin pon pin pon pin pon...

Le pompier envoie de l’eau avec sa lance d’incendie, et le feu s'éteint. Le pompier s’approche de Fumée:

- Petit dragon, est-ce que ça va ?

- J’ai mal à l’aile, monsieur le pompier, je me suis brulé.

- C'est trés grave, il faut aller à l'hopital.

 

Fumée a peur, il a mal, et il pleure, il pleure. Heureusement, son papa et sa maman sont là ! Ils arrivent enfin tous à l'hôpital. Là le docteur examine Fumée: il regarde bien attentivement les yeux, les oreilles, les écailles.

 

- Oh ! Ton aile, elle est toute brulée !

- J’ai très mal monsieur le docteur gémit Fumée

- Mais qu’est-ce que tu as fait ?

- J’ai lancé une flamme dans une maison...

- Petit garnement, gronde le médecin, on t’a dit cent fois, le feu c’est dangereux...il ne faut jamais faire de feu tout seul… Pas de feu, pas d’allumettes, pas de bougie, jamais tout seul, il faut être avec un adulte.

- Oui monsieur le docteur, promis je ne recommencerais plus.

 

Heureusement, le médecin est un très très bon médecin: il met une crème spéciale, peut-être un peu magique, sur l’aile de Fumée, puis une bande. Fumée doit quand même rester 2 jours à l'hôpital. Malheureusement, c’est un hôpital assez petit où il n’y a pas assez de place, et son papa et sa maman ne peuvent pas rester avec lui. Alors le pauvre petit Fumée se retrouve tout seul, et il se dit que plus jamais de sa vie, plus jamais, il ne va jouer avec le feu tout seul. Il va regarder le feu, avec son papa et sa maman, ou avec des grandes personnes, mais il ne va plus jamais cracher du feu dans les maisons.

 

Quelques jours plus tard, Fumée sort enfin de l’hôpital. Son papa et sa maman viennent le chercher, et le ramènent à la maison. Et là, Fumée est émerveillé! Ses parents ont réparé toute la maison. Ils ont acheté une autre table, d’autres chaises, ils ont refait la peinture, et la maison est à nouveau toute jolie.

Mais ça sent comme même un petit peu la fumée...

 

 

Mots clés :  feu

A propos

Auteur :
* la vie à Lyon pleine d'étincelles, d'amis, de découvertes !

LouElisa : Mon coussin de  maternité Bio

Catégories

*

présentation

(4)
*

bons plans

(4)
*

histoires

(4)

S'abonner à ce blog

Flux RSS

Tous les articles